Expérimentation concluante du « Machin chose »

Fin 2016, Electrocycle a – grâce à son partenaire Antanak – été contacté par les animateurs de l’espace Pierre Gilles de Gènes. De cette première rencontre est née l’envie de faire ensemble un événement commun pour l’exposition science frugale. Après une seconde réunion, nous sommes tombés d’accord pour réaliser en commun et conjointement avec le public, un « machin chose ». L’événement était annoncé notamment via cet article. Samedi 20 mai de 10h à 18h, c’était le grand jour !

Retour en images sur ce bel exemple de réemploi par la foule. What else ?

Continuer la lecture de « Expérimentation concluante du « Machin chose » »

Agitateurs en Science Frugale

Le 29 mars 2017, l’Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes (ESPGG) organisait l’inauguration de l’exposition Science Frugale. L’occasion de revoir certains de nos camarades de jeux (Atomes Crochus, La Paillasse, Ubuntu…) et de faire de nouvelles rencontres.
Retour sur de belles rencontres et annonce d’un prochain événement commun !

Continuer la lecture de « Agitateurs en Science Frugale »

Le Synthéthiseur de récup’ en mode Diwo alias l’Atari Punk Console !

Après les robots absurdes, les ateliers de fabrication d’Electrocycle propose … un synthétiseur fait à partir de différents matériels récupérés à la ressourcerie de la Petite Rockette issus de démontage fait maison. 😉
Place à l’ATARI PUNK CONSOLE !

Les capacités de ce synthétiseur sont très limités mais l’objectif n’est pas tant de produire du son que de démontrer que l’on peut créer un cycle vertueux de démontage éducatif et réutilisation éducative et ludique.

Continuer la lecture de « Le Synthéthiseur de récup’ en mode Diwo alias l’Atari Punk Console ! »

Allumer le feu !

DJ Ariel était aux platines de la rockette-libre le 20 nov. 2015. Pendant que Cécile, Madame communication de la Petite Rockette était au fourneau à la Trockette. Alors qu’un autre habitué, Hadrien, était dans ses expérimentations pour faire pousser des champignons. Alimentation ou zikmu, il fallait choisir. Dans les deux cas, une atmosphère chaleureuse & bon enfant qui faisait du bien après les événements récents…

« Laja Soundsystem » a fait une entrée en fanfare dans le catalogue des trucs expérimentaux qui ont du sens d’Electrocycle. Rapide survol de ce qui s’est passé durant l’atelier.

Continuer la lecture de « Allumer le feu ! »

Remix sur l’usine d’incinération d’Ivry sur Seine !

Dans le cadre des ateliers « lobby citoyen » nous verrons comment à partir d’une ressource documentaire numérique valoriser une partie de son contenu pour la transformer en podcast.

Le samedi 13 juin 2015 s’est tenue la conférence  » Dis maman, pourquoi la télé entre pas dans la poubelle jaune ?  »  La vidéo est accessible ici.
L’un des membres du collectif 3R s’était exprimé sur l’actuel et future usine d’incinération d’Ivry sur Seine/Paris XIII. Une intervention claire et passionnante mais intégrée à une ressource documentaire d’1h30 et qui n’a pas été gatée par la « mise en scène ».
Afin de la valoriser, nous proposons d’utiliser des logiciels libres d’édition multimédia (vlc, audacity, soundconverter, easytag…) pour la transformer en une ressource numérique plus accessible. Par exemple, suppression de l’image pour ne conserver que le son. Changement du format. Coupe de certains passages. Ajout de questions pour mettre en lumière certains éléments d’informations….
La version mp3 se trouve ici.

L’action citoyenne, les déchets et/ou les logiciels libres vous intéressent ?
Passez à la ressourcerie de la Petite Rockette & participez à ce dernier atelier « lobby citoyen » de la saison. Venez contribuer à la création d’une ressource pédagogique utile pour comprendre les enjeux autour des projets de reconstruction des installations de traitement des déchets à Ivry sur Seine.

Date : vendredi 10 juillet, à 19h30.
Adresse : 125 rue du Chemin Vert, 75011 Paris

Merci Papa Noël !

Vendredi 19 décembre 2014, ç’était déjà Noël lors de l’atelier exceptionnel clôturant les ateliers libres, gratuits et décousus de la Rockette Libre au sein de la Ressourcerie de la Petite Rockette. Les participants de l’atelier « robots absurdes » ont pu repartir avec leurs cadeaux en DIY (fait le toi-même).

Parmi la vingtaine de participants, l’auteur de Terriens Malins, les machineuses, deux animateurs jeunesses, un spécialiste des sumobots, l’ancien M. communication de la Ressourcerie, les fondateurs de Picapo, le porteur d’un projet de Mooc … et Ariel, Père Noël de la soirée. Il n’y a pas que les enfants (nous en avions deux) qui se soient bien amusés et ont fait preuve d’une belle créativité. Que d’enthousiasme, cela faisait plaisir à voir.

Un grand succès qui pourrait donner des idées de suites. Pourquoi pas un événement régulier au sein des ressourceries ? Dans cette hypothèse, grâce à cette première expérimentation une proposition de fiche d’atelier d’idéal.

Continuer la lecture de « Merci Papa Noël ! »

Du démontage à la réutilisation de pièces détachées d'équipements électriques & électroniques : les robots absurdes

Face au gaspillage de ressources qu’est le « recyclage » des déchets d’équipements électriques & électroniques (D3E), Electrocycle, l’Asso D3E soutenue par InfoGnuEureka porte le projet D3E.

Techniquement, le « recyclage » de D3E consiste à démanteler les équipements électriques & électroniques puis à les broyer pour enfin soit les « valoriser énergiquement » (l’incinération par exemple du plastique) soit refondre les parties métalliques pour obtenir de la « matière première secondaire ». Dès l’origine du projet, nous nous sommes dit : et si on réutilisait différemment certaines pièces détachées ?

Les ateliers démontages de D3E lors des événements Rockette Libre, nous ont permis de comprendre ce qu’est un équipement électrique & électronique et nous ont démontré que la notion de déchet était souvent assez subjective.

A l’approche des fête de fin d’année, Electrocycle, l’Asso D3E passe à la vitesse supérieure puisqu’elle se lance sur une proposition d’Ariel dans la réutilisation de certaines pièces détachées. Connaissez-vous le concept de robots absurdes ? Que la réponse soit positive ou négative, nous vous convions à passer le vendredi 19 décembre à la ressourcerie de la Petite Rockette pour un atelier participatif de construction de robots absurdes.

  Continuer la lecture de « Du démontage à la réutilisation de pièces détachées d'équipements électriques & électroniques : les robots absurdes »

Démontage et hack d'un écran plat LCD

ecran plat D3E

Victime : LG Flatron LCD 563LE
Matricule : 107KG04999
Etat : D3E (fabriqué en juillet 2001)
Symptôme : écran devient noir après quelles secondes allumés, causes possibles : bloc alimentation défectueux ou bloc « gestion affichage » défectueux.

petit nom

I/ Démontage !

On commence par se débarrasser du pied, une fois déposé nous pouvons voir que notre écran est alimenté en CC (Courant Continu) 12V et que la sortie est du VGA.

CIMG0043

Ensuite on dépose la plasturgie arrière. Premier constat l’écran est quasiment totalement isolé par une cage de faraday (les plaques de métal qui protège les cartes électroniques) seule la carte de commande est en dehors.

CIMG0044

On libère la carte principale, gestion de l’alimentation, et du signal (entre la carte de commande et les autres cartes (2 visibles par les câbles qui sortent de la carte principale)

CIMG0045

Extraction de la carte principale.

CIMG0047

Dépose de la plasturgie avant (avec la carte de commande).

CIMG0048

On libère l’écran de sa cage (de faraday).

CIMG0049

Nous voyons maintenant la carte de gestion de l’éclairage de l’écran. (à gauche)

CIMG0050

Voilà pour la partie démontage. A partir de là 2 choix de hacks s’offrent à nous, le premier est un détecteur d’interférence électromagnétique sommaire, le second est un éclairage basse consommation par récupération du système d’éclairage de l’écran.

II/ Hack 1 : Le détecteur de bruit électromagnétique !

Assez simple, la cage de faraday protège la carte de gestion de l’affichage du bruit électromagnétique ambiant. Pour transformer de façon sommaire notre écran en détecteur, il suffit de retirer la cage de faraday. Sans cage la carte de gestion de l’affichage affichera un fond blanc attaqué par le bruit.

La vidéo montre le bruit généré par la simple carte principale non isolée.

III/ Hack 2 : Eclairage basse consommation (12V XW)

On continue de démonter l’écran pour extraire, la carte principale, la carte d’éclairage et les deux fluotubes qui sont la source de lumière de l’écran.

On rebranche le tout, on met en série un ampèremètre  pour pouvoir calculer la consommation du dispositif.

CIMG0051

 

Le système pour fonctionner à besoin de 1,6A environ (plus les néons sont chaud moins le courant est élevé, comme un diesel plus il est chaud moins il consomme de carburant) pour un courant de 12V en continue. Nous avons donc ici une puissance consommée de :

P = U.I (P notre puissance en Watt, U notre tension en Volt (ici 12V) et I notre inténsité en Ampère (ici 1,6A)

P = 12 x 1,6 = 19W

En comparaison mon ampoule basse consommation consomme 26W et éclaire jaune. La lumière d’un fluotube est blanche. Et la puissance décroit en fonction de la température des tubes, de 1,69A au démarrage à 1,45A en régime stationnaire (soit une puissance de 17,4W).

De plus la carte principale consomme pour des fonctionnalités qui ne sont plus utilisé (carte de commande, carte d’affichage, et gestion de la sortie vidéo), donc un système très certainement optimisable.

En conclusion, nous somme entre la LED et l’ampoule basse consommation.

Réflexions sur un prototype de chauffage solaire fait main

Dans un précédent article, nous évoquions la notion de D3E 2.0 en référence à quelques équipements ménagers habituellement électriques voire électroniques réalisés à partir de déchets. Arrêtons-nous sur le chauffage solaire.

La recette pour faire un chauffage solaire

  • une documentation accessible sur http://solar.freeonplate.com/fr/panneau_solaire.htm,
  • un groupe d’amis un peu bricoleurs,
  • un lieu pour se retrouver et utiliser quelques outils,
  • des matériaux et du temps pour collecter ce qui sera nécessaire et organiser des ateliers d’intelligence collective pour construire le chauffage solaire
  • 30 euros pour acheter mastic et peinture noire résistante à de hautes températures

Le résultat est au RDV :

chauffage solaire
chauffage solaire

Les utopies concrètes, c’est possible !

Quel bilan tiré de cette expérimentation ? D’abord, que quand on veut, on peut. Nul ingénieur dans l’équipe qui a réalisé le chauffage solaire. Juste des personnes motivées n’ayant même pas toutes des compétences particulières en bricolage !
Ensuite, une expérience humaine riche où les uns et les autres se découvrent des capacités insoupçonnées qui ajoutées au travail de chacun donne une belle réalisation.
Enfin, une démonstration par l’exemple que ce que certains considèrent comme des déchets peut se révéler être une ressource. L’économie dite circulaire ne concerne pas seulement les entreprises mais chacun d’entre nous. C’est par des actes que l’ont pourra (peut-être) modifier le regard que beaucoup d’entre nous avons des déchets.

La réalisation n’est pas (encore) parfaite. La partie électrique (ventilateur) et électronique (thermostat et sondes de températures) ne sont pas encore montés. Aucune mesure précise n’a encore été réalisée sur la quantité de chaleur produite même si l’on peut expérimentalement valider que de l’air chaud sort. Il est vraisemblable que l’on pourrait fortement améliorer le rendement. En effet, les trous générant les vortex pourraient sans doute être optimisés. On pourrait même imaginer certaines améliorations dans le processus de fabrication comme par exemple utiliser un procédé d’anodisation plutôt que de colle polluante. Sans doute, serait-il aussi souhaitable de trouver une alternative à la peinture également polluante qui a été nécessaire pour que l’aluminium conserve mieux la chaleur.
Certaines questions comme celle de la propriété de cet équipement et de son usage n’ont pas encore été trouvés voire même pensés. Conçu dans le cadre d’un collectif pour démontrer la faisabilité d’une démarche et la pertinence d’un prototype, à qui appartiendra cet équipement ? Qui en sera responsable et devra un jour gérer sa fin de vie ? Qui le stockera ? Qui l’utilisera ?

Dans l’absolu, tout est criticable mais le résultat est indéniable. Le prototype marche. Dès lors, pourrait-on imaginer à plus grande échelle la construction de chauffage solaire en DIY (do it yourself ou fait soi-même) ? Quelles pourraient être les arguments qui iraient à l’encontre de cette extension ?

Tous avec un chauffage solaire en DIY ?

Pour les produits manufacturés et vendus, il existe une réglementation qui s’applique aux industriels. Tous doivent être homologués avant d’être mis sur le marché. Mais qu’en est-il des produits ou prototypes non vendus ? Gageons que si certains assureurs avaient la connaissance de ces produits installés dans des habitations, ils trouveraient sans doute matière à soit augmenter les primes d’assurance soit refuser d’assurer. Mais, il serait plus simple de leur poser la question…
Par ailleurs, quelles seraient les réactions des industriels s’ils faisaient face à une invasion massive de chauffage solaire fait maison ? Un lobby se mettrait-il en place pour interdire ces procédés pour des motifs divers. L’aluminium est un produit toxique, certains industriels pouraient-ils s’en souvenir pour souhaiter interdire au nom de la santé publique ces chauffages solaires ?
Nous manquons encore de recul pour connaître la durée de vie d’un tel produit. Rien n’est immortel. S’il a effectivement permis de réutiliser un certains nombre de matériaux déchets (dont des cannettes d’aluminium), la destruction un jour de cet équipement se fera-t-elle également de façon vertueuse ?

Pour conclure, le principal frein à une hyptothétique expansion d’équipements ménagers réalisés en DIY nous semble être tant nous-même que notre système, basé plus sur la consommation et l’achat, délaissant la réalisation par soi-même d’objets. Si toutefois, certains souhaitaient se lancer dans la création, qu’ils jettent un coup d’oeil sur le site faisons les nous même. Et, pourquoi pas, qu’ils rejoignent les effectifs des ateliers récup’ du groupe récupération du Festival des Utopies Concrètes !

Le 4/10/2013
Mis à jour le 5/10/2013
CD,