Quels liens entre l’extractivisme & les déchets électroniques ?

La journaliste Anna Bednik, que nous avons eu l’occasion de croiser à plusieurs reprises, a publié en 2016, un livre intitulé Extractivisme : exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances. Ci-dessous, une citation qui permet de mettre en lumière extractivisme et objet du quotidien à partir des codes-barres.

« Un petit objet orne presque toutes les marchandises de grandes consommation : les codes-barres. Pour le générer, il a fallu utiliser – et donc auparavant produire – une imprimante (laser par exemple), une machine complexe contenant de nombreux composants et connectée à d’autres machines complexes : tout d’abord un processeur (silice, aluminium ou cuivre, tungstène) soudé (or, argent, palladium) à un circuit imprimé (fer, aluminium, silice) lit les informations qu’un ordinateur (aluminium, plomb, or, zinc, nickel, étain, argent, fer, platine, palladium, mercure, cobalt, antimoine, arsenic, baryum, béryllium, cadmium, chrome, hafnium, indium, pétrole…) a écrit sur la barrette de mémoire vive (cuivre, argent, or et matériau isolant) et les convertit en impulsions destinées à commander une tête d’impression ; [..] Cet appareil électronique ne fonctionnerait pas sans électricité (charbon, pétrole, gaz, uranium, eau des grands barrages [..]) et il a fallu de l’énergie pour le produire. » p. 146 Anna Bednik Extractivisme : exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances.

Bien écrit, très documenté (cf. notamment la liste impressionnante de notes). Un ouvrage à lire pour tous ceux qui, notamment, souhaiteraient comprendre pourquoi nous avons intérêt à développer le réemploi de pièces détachées issues de déchets électroniques. Voir également sur un sujet proche cet article .

Le 16/12/2016
CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *